Le Pain

France Say

Les Français et le pain sont étroitement liés. On ne peut pas penser à un sans l’autre, donc j’ai décidé de commencer la catégorie des expressions françaises avec « le pain ».

Les expressions idiomatiques (idioms) forment la richesse imagée d’une langue. Elles existent dans toutes les langues et peuvent parfois devenir proverbiales. Certaines sont similaires dans deux langues, d’autres totalement différentes. Il n’y a pas d’autre solution que de les apprendre. Comme pour les proverbes, ces expressions doivent être utilisées avec parcimonie, même si elles sont d’usage plus courant.

Il y a plusieurs expressions idiomatiques liées au pain. En voici quelques unes que je trouve utiles :

  • Avoir du pain sur la planche : avoir beaucoup de travail.
  • Avoir mangé plus d’un pain : avoir beaucoup voyagé.
  • Être au pain menu : être dans une mauvaise situation matérielle.
  • Faire des petits pains : prendre des airs intéressants pour parler du…

View original post 163 more words

Utiliser des Cartes Postales en classe de FLE

Cartes PostalesAvide de cartes postales, j’en ai beaucoup : celles que mon père m’avait envoyées pendant ces voyages d’affaires, celles que mes amis m’envoient lorsqu’ils voyagent et celles que j’achète comme souvenirs des belles destinations visitées. Je les regardais de temps en temps, mais pour la plupart de temps, elles restaient enfermées, oubliées au fond du placard.

Cela a changé depuis un mois, plus précisément, depuis la formation de Danièle Paris. Munie de sa collection de cartes postales, elle nous a montré comment nous pourrions les utiliser comme un document authentique pour reprendre des notions de grammaire, telles que les pronoms compléments d’objets directs / indirects, tout en étant une activité ludique qui aide aussi à travailler la mémoire et à créer une ambiance de convivialité en classe.

GrammaireDesPremiersTempsJ’ai eu l’occasion de réutiliser cette idée tout de suite après la formation, avec mon cours intensif (A1). Après avoir introduit la notion d’adjectifs démonstratifs, je cherchais une activité pour introduire un projet de création de publicités pour les destinations de vacances. (Idée tirée de “Grammaire en Premier Temps” écrit par Dominique Abry.) Ne voulant pas faire des exercices classiques de réemploi, j’ai décidé d’adapter l’activité introduite par Danièle Paris à mes propres objectifs.

Voici la fiche pédagogique :

Titre de séquence :
Créer une publicité pour une destination de vacances de votre pays.

Type de public : Grands adolescents et adultes

Niveau : A1

Durée : 1 heure

Objectifs :
1. Compétences fonctionnelles : savoir présenter un lieu, savoir faire la publicité d’un lieu
2. Compétences langagiers : Expression Orale et Écrite
3. Compétences linguistiques : Adjectifs Démonstratifs et Qualificatifs, Impératif

Prérequis : Notions d’adjectifs démonstratifs et qualificatifs et l’impératif.

Supports : Cartes postales, feuilles de papier et feutres (pour créer la publicité).

Déroulement :

Activité 1
Travail individuel :
Distribuez les cartes postales de manière aléatoire et demandez aux apprenants de présenter le lieu sur leur carte postale en utilisant la structure suivante :

Regardez  + adjectif démonstratif + endroit.
Il/ Elle est + adjectif qualificatif.

Ils auront 5 minutes pour réfléchir et chercher le vocabulaire. L’enseignant peut les aider à identifier les lieux différents.

Mise en commun :
Demandez à chaque apprenant de venir présenter sa carte devant tout le monde.

Activité 2
Travail collectif :
Divisez la classe en groupes (3-4 apprenants  par groupe) et demandez-leur de créer des affiches pour une destination de voyage de leur pays. Ils doivent obligatoirement utiliser des adjectifs démonstratifs et qualificatifs et l’impératif.

Pendant cette étape, l’enseignant peut circuler parmi les groupes et les aider avec la grammaire et le vocabulaire.

Mise en commun :
Demandez à chaque groupe de présenter leur destination et de mettre leur affiche au tableau d’affichage dans la salle.

The Perks of Being A Teacher

It’s not exactly the world’s best paying job (especially in India). It’s definitely not the easiest – you can’t ever be late, you can’t not know the answer to a question directed at you, you can’t really afford to be ill-tempered or impatient and you often regularly have to deal with people who can’t understand what you are saying.

But it has its perks, though not obvious to most. It’s also one of the most interesting jobs – you get to meet the most eclectic range of people and there is hardly a boring day in the life of a teacher. It’s also immensely rewarding – not just from the metaphysical point of view of seeing your students master the subject (in my case, language since I am a French teacher) and go places, but also from the material sense. 😉

On my monthly cleaning/organising spree, I find myself smiling every few minutes, with fond memories of various batches from 2006. From books and bags (one batch even threatened to buy me a strolley so I could carry all the books I wanted without damaging my back) to mugs and other memorabilia, every nook and corner of my house has something gifted to me by students…

Unpacking the mug gifted by the CapGemini group.
Unpacking the mug gifted by the CapGemini group.

The copy of Le Petit Prince (in English) gifted by my first group, followed by several other books and gift vouchers for bookstores.

The coffee mug gifted my very first corporate group, or the one with a beautiful scene from Kenya.

Bowl and flowers

The little knick-knacks for the house, from elegant serving bowls to the cute little smoking man from Uzbekistan.

The bags, scarves and even jewellery (I am quite pampered really) !

The films, which came in USB drives, CDs and DVDs – I rarely miss a film I want to see.

And then there are the more creative gifts – the hand embroidered towel, the paintings, the crochet bookmark or (most recently) the hearts, inspired by the concept of Russian Dolls – one for each letter of my name, with a corresponding adjective written inside.

The most creative gift I’ve ever received.

How can I forget the chocolates, cakes, flowers and the cards ? Teachers Day, Guru Purnima, my birthday or the end of a class. I have a box full or cards from students – Archie’s, Hallmark, or the hand-made variety – with the ubiquitous “thanks” of course, but also the cute, thoughtful and crazy messages. One of my favourite cards was gifted by a batch just before I left for France in 2009. A gigantic card in which they all wrote every silly thing uttered by them (and me) in the four months we spent together.

The craziest card I’ve ever received ! 🙂

Every gift, every card, every anecdote comes with so many fond memories that by the time I am done with my cleaning, I am smiling not just with the pleasure of a clean house, but also the memories.

The perks, as I said, are many.

P.S If you enjoyed reading this post, don’t miss the “The little joys (and laughs) of teaching.”

Journal d’une Étudiante Éternelle

Quelques souvenirs des formations auxquelles j'ai participé depuis 2006.
Quelques souvenirs des formations auxquelles j’ai participé depuis 2006.

J’adore les formations. Depuis mon premier stage (la formation initiale de deux semaines à l’Alliance Française de Bombay) en 2006, j’en ai assisté à au moins un (parfois plusieurs) chaque année. J’ai eu la chance d’assister aux stages animés par les experts dans les domaines différents : les activités théâtrales dans la classe de FLE, le FOS, la traduction, l’utilisation des médias sociaux pour l’enseignement du FLE, la création des activités interactives et les techniques de dynamiser les cours. N’oublions pas l’inoubliable stage d’été  2007 à IMEF, Montpellier et le plus récent Congrès Asie-Pacifique des Enseignants du FLE où j’ai profité de nombreux ateliers.

Les formations pour moi, sont une manière de continuer d’être étudiante, d’apprendre de nouvelles choses et de renouveler mes connaissances. Toujours enrichissante d’une manière ou l’autre, c’est rare que je refuse de participer à une formation !

L’Alliance Française de Bangalore a récemment organisé un stage de formation continue pour les enseignants de Bangalore, Mangalore et Mysore. Après beaucoup d’hésitations (j’ai dû annuler mes cours !), j’ai confirmé ma présence au stage animé par Danièle Paris, professeure de FLE et experte associée au CIEP …et j’en suis vraiment heureuse. 

Danièle Paris, pendant le stage.
Danièle Paris, pendant le stage.

Un des meilleurs stages de ma vie, ce stage, qui avait comme thématique la préparation des cours bien conçus et dynamiques, m’a donné énormément d’idées pour mes cours.

Pendant les trois jours, j’ai découvert avec mes collègues beaucoup d’activités et de techniques de rendre mes cours plus intéressants : des activités de mise en route et de mise en train,  des activités théâtrales et ludiques en classe de FLE, comment développer un esprit de groupe,  comment utiliser les documents authentiques tels que les brochures, les cartes et les objets quotidiens, comment exploiter des documents iconographiques, des chansons et des clips vidéos et comment organiser des séances de simulation.

Pendant la clôture de la formation animée par Danièle Paris. Photo prise par Laura Martinez (http://curry-cruiser.tumblr.com/)
Pendant la clôture de la formation. Photo prise par Laura Martinez.

Ces moments d’échanges avec Danièle et mes collègues vont rester avec moi toute ma vie – une ambiance sympathique à l’Alliance Française de Bangalore (qui nous a fait oublier la chaleur dehors), de jolies rencontres et surtout  de nouvelles connaissances. Marisa, une de mes collègues a bien résumé les sentiments de tout le monde pendant la clôture : « Elle nous a fait travailler, nous a fait rigoler, nous a fait réfléchir, nous a fait rêver. » 

J’ai hâte de réutiliser toutes ces nouvelles connaissances…et j’ai hâte de partir au prochain stage ! 😉

Vive les stages à l’Alliance Française! 

Chalo Chennai : un retour d’expérience

Chalo Chennai, le surnom du 3ème  Congrès Régional de la Commission Asie-Pacifique organisé par la Fédération Internationale des Professeurs de Français et Indian Association of Teachers of French, a eu lieu à Taj Vivanta, Connemara du 13 au 16 février 2013.

La cérémonie d'ouverture au Chinmaya Heritage Center, Chennai
La cérémonie d’ouverture au Chinmaya Heritage Center, Chennai

Participante pour la première fois, ainsi qu’intervenante, j’y ai passé quelques jours, entourée par la passion pour la pédagogie et le français.  Chalo Chennai a commencé le 13 février avec la cérémonie d’ouverture au Chinmaya Heritage Center qui a été suivie par un cocktail à l’Alliance Française de Madras – une soirée géniale!

Le Congrès a vraiment commencé le 14 février avec 120 interventions. Des ateliers, des partages des savoirs, des tables rondes et des retours d’expériences – j’avais de quoi m’occuper pendant les 3 jours du Congrès. J’ai appris beaucoup de nouvelles choses et je suis retournée, inspirée, avec plusieurs pistes de travail pour les TICE, l’exploitation  des documents authentiques/des publicités et l’utilisation de RFI en classe de FLE.

Comme intervenante, j’ai animé deux sessions sur la place de la technologie  (spécifiquement la technologie Web 2.0) dans l’enseignement du FLE et comment les enseignants peuvent en profiter. Ma première intervention était sur l’utilisation professionnelle de Twitter et la deuxième était sur la veille pédagogique et quelques outils malins de la veille.

Entre les ateliers, il y avait des moments de belles rencontres et de découvertes intéressantes, le meilleur pour moi, étant les moments passés avec Mme. Abry, mon premier gouru de FLE, après presque trois ans.

Le voilà quelques bons souvenirs de Chalo Chennai :

Soirée Bollywood - après la clôture du Congrès.
Soirée Bollywood – la grande fête après la clôture solennelle du Congrès.
Avec ma chère Nisha Seshan, Dominique Abry  et Jean-Pierre Cuq.
Avec ma chère amie Nisha Seshan, Dominique Abry et Jean-Pierre Cuq.
 

Pause café entre les ateliers !
Pause café entre les ateliers !
 
 Voir également les articles :
  1. De Bangalore à Chennai par le FLE : les ateliers animés par l’équipe pédagogique de l’Alliance Française de Bangalore
  2. Twitter et la Veille Pédagogique : le résumé de mon intervention et le Prezi.
  3. La Veille Pédagogique : le résume de mon intervention et le Prezi.

J’aime le français : bilan d’une expérience enrichissante au cours de FLE

Je viens de faire une expérience intéressante avec mes étudiants d’A1 pour tester leur compétence en expression orale. Suite à un atelier sur les notions de l’examen à livre- ouvert et de l’utilisation des portables pour faire filmer les productions orales, j’ai lancé une activité de compréhension et d’expression orale sur le réseau social de l’Alliance Française de Bangalore.

NivA1_Oct12_Fev13
Le groupe lors de la fête de Diwali 2012.

Nous avons d’abord travaillé la compréhension orale en classe, avec la vidéo «Allons en France 2006» et une activité de Learning Apps. Les étudiants ont ensuite travaillé en groupe pour préparer le scénario des court-métrages, la consigne étant de s’enregistrer avec un portable ou un appareil numérique pour expliquer pourquoi ils apprennent le français, ce qu’ils aiment de la langue et ce qu’ils trouvent difficiles.

Je leur ai montré la grille d’évaluation que j’ai utilisée pour qu’ils sachent les critères d’évaluation et travaillent sur leurs points faibles. Pour se préparer, ils ont écouté la vidéo plusieurs fois de chez eux. Puis, ils ont rédigé le scénario avec mon aide et travaillé la phonétique avant et après le cours. Ils ont tourné les films après une semaine de travail et voilà les productions :

Un travail enrichissant pour les apprenants ainsi que pour l’enseignant, ce projet m’a permis de sortir du cadre de l’évaluation traditionnelle qui fait peur aux apprenants. J’ai constaté un progrès impressionnant auprès des apprenants qui ne s’exprimaient pas en classe. L’envie d’impressionner les autres les a motivés à faire leur mieux.  En même temps, ils se sont amusés pendant le tournage. Bref, c’était un projet gratifiant et une expérience à répéter.

Cinéma Français : Intouchables

Le film Intouchables d’Eric Toledano et Olivier Nakache raconte l’histoire de Philippe, riche tétraplégique qui habite dans un hôtel particulier à Paris et Driss, jeune Sénégalais des banlieues parisiennes qui vit des petits vols et crimes. Les rôles des personnages principaux sont joués respectivement par les acteurs François Cluzet et Omar Sy.

Le film est inspiré de “À la vie à la mort” de Jean Pierre Devillers et Isabelle Cottenceau, un documentaire qui suit l’histoire vraie de l’aristocrate corso Philippe Pozzo di Borgo et Abdel Sellou.

Le film décolle de telle manière qu’on n’attend pas une histoire émouvante. En effet c’est une histoire de drôleries provoquées de manière que Driss se comporte avec Philippe ainsi que des moments de tendresse et l’amitié. Driss entre le foyer de Philippe, cherchant une signature qui lui rassurera sa collocation ASSEDIC et il termine par y rester comme aide-soignant à Philippe bien qu’il n’y ait aucune formation. Éberlué au début par le luxe de cette vie qui était loin de sa vie en HLM et par ses responsabilités, Driss commence à  s’occuper consciencieusement de Philippe et une amitié se développe entre les deux hommes. Progressivement, Driss arrive à faire vibrer la vie sombre de Philippe. Philippe à son tour partage ses connaissances avec Philippe et lui apprend à apprécier la musique classique et l’art.

Le film a touché des millions de personnes partout où il était sorti. Il détient le record du film le plus rémunérateur de tous les temps, tourné en langue non anglaise, avec 345 millions de dollars. C’est aussi le film français le plus vu en Europe de l’Ouest depuis 2000.  Toutefois il a reçu des remarques négatives, surtout aux États-Unis où l’on a trouvé qu’il était raciste et que les portraits des immigrés demeurant dans la banlieue parisienne étaient bourrés de stéréotypes.

J’ai eu l’opportunité de le voir récemment et bien évidemment je l’ai aimé ! Les blagues pour lesquelles le film a été critiqué ne m’ont pas gêné. Je pense qu’elles n’étaient pas faites pour caricaturer une section de la société française ni pour passer un commentaire péjoratif sur son mode de vie. Au contraire, je pense que le film avait plein de nuances intéressantes – la vie sans espoir menée par les deux hommes au début du film, les œufs de Fabergé par exemple, ou le commentaire subtil sur les achats de l’art moderne parmi les riches.

En tant qu’enseignant du FLE, j’y ai trouvé plein de sujets à faire parler mes étudiants (les stéréotypes, la place des handicapés dans la société, les discriminations, l’amitié, la solidarité). En tant que spectateur je me suis régalée !  C’est un film plein de rires – de joie, de souffrances, de clichés – et de tendresse qui montre comment faire face à la vie. C’est un film humain. Bref, c’est un film à ne pas manquer.